L’éducation pour tous

L’éducation est un droit fondamental de l’Homme, indispensable à l’exercice de tous les autres droits. Il promeut la liberté individuelle et l’autonomisation, contribue de manière centrale au développement et permet à tous d’être des citoyen-ne-s à par entière. Cependant, des millions d’enfants et d’adultes sont encore privés de la possibilité de s’éduquer, le plus souvent à cause de la pauvreté.

Les instruments normatifs des Nations unies et de l’UNESCO établissent des obligations légales en matière de droit à l’éducation. Ces instruments favorisent et développent le droit de chacun à avoir accès à une éducation de bonne qualité, sans discrimination et sans exclusion. Ces instruments témoignent de la grande importance que les États membres et la communauté internationale attachent à l’action normative pour l’effectivité de ce droit. Il incombe aux gouvernements de remplir leurs obligations à la fois légales et politiques pour offrir une éducation de qualité à tous, mettre en place et contrôler efficacement les stratégies dans le domaine de l’éducation.

En dépit des efforts déployés durant les dernières décennies pour la mise en œuvre du droit à une éducation de qualité pour tous, et malgré les avancés réalisées, les données disponibles dans ce domaine sont alarmantes et nous interpellent tous. En 2013, le nombre d’enfants non scolarisés dans le monde est estimé à 57 millions. Le pourcentage des enfants qui dépassent l'enseignement primaire est de 64 % chez les garçons et de 61 % chez les filles. Ces pourcentages se réduisent respectivement à 36% et 30% dans les pays pauvres ou en développement. De plus, 776 millions d'adultes sont analphabètes, dont les deux tiers sont des femmes. Les statistiques de l'UNESCO attestent qu'en 2014, 100 millions de femmes analphabètes vivent dans les pays pauvres.

Concernant l'égalité des sexes en matière d'accès à l'éducation, le rapport de l'UNESCO révèle qu'en 2014, 32 millions de filles n'accèdent à aucun niveau d'éducation. La Campagne «Education pour tous» a, de son côté, mentionné dans son rapport 2013-2014, que 70 % des pays atteindront l'égalité des sexes dans l'accès à l'enseignement primaire. Cette proportion se réduit à 56 % pour l'accès au premier cycle de l'enseignement secondaire.

Les enfants en situation de handicap qui représentent 15% de l'effectif de la population mondiale représentent les catégories les plus défavorisées quant à l'accès à l'éducation. Dans les pays en développement, 90 % des enfants en situation de handicap n'accèdent pas à l'école.

Concernant les migrants qui représentent 3.2% de la population mondiale, les statistiques affirment qu'un migrant sur trois dispose d'un niveau d'éducation faible à l'âge de 15 ans.

Les données et statistiques précitées sont susceptibles d'augmenter, à cause de l'accentuation des crises, la propagation des guerres dans certaines régions, mais aussi en raison des politiques dictées par les institutions financières internationales, et des politiques régionales qui donnent la priorité à l'ajustement des équilibres financiers, aux dépens des services sociaux et des droits. De même, le progrès technologique, en particulier dans le domaine de l'information et de la communication, nécessite un certain niveau d’enseignement et d'apprentissage comme condition à l'intégration dans la vie active.

Le 2ème FMDH constitue une opportunité pour approfondir le débat concernant la consécration du droit à l’éducation dans les politiques publiques des Etats, y compris les objectifs du développement de l’après 2015. Il s’agira donc de débattre du droit à l’éducation comme un droit que les Etats doivent garantir à tous les citoyens, sans discrimination aucune et conformément à une vision qui garantit l’égalité des chances pour tous.

Dans cette perspective, ce forum thématique se propose de débattre de diverses thématiques dont notamment :

- La consécration du droit à l’accès à l’éducation dans les politiques publiques des Etats (budgets ; ressources humaines ; ressources matérielles ; équipements ; technologies ; études et recherches) ;

- L’évaluation des objectifs du millénaire relatifs à l’éducation élaborés à Dakar en 2000 et basés sur la transversalité et l’universalité du droit à l’éducation, en particulier l’éducation des filles notamment en milieu rural ; l’éducation des enfants en situation de handicap ; l’éducation des enfants des migrants et des immigrés ;

- L’évaluation et le développement des systèmes juridiques internationaux relatifs à l’éducation ;

- l’établissement de partenariats et la mobilisation des ressources financières et humaines pour garantir une éducation de qualité pour tous ;

- L’établissement d’un programme d’actions en vue d’encourager la formation continue des enseignants et leur contribution au développement de leurs compétences pédagogiques.

Ce forum est proposé par la coalition marocaine éducation pour tous, la Coalition mondiale éducation pour tous et la Coalition arabe éducation pour tous.